In Uncategorized

A critique by Barry Weisleder, Socialist Caucus candidate for NDP President

Firstly, think of the timing. Less than a week before convention the Working Group Report is released. Earlier, review group chair and NDP President Rebecca Blaikie said it would be delivered to the incoming executive and federal council after the convention, not before. So what changed? No doubt pressure from NDPers across the country, including the Socialist Caucus which protested the secrecy from day one, bore positive results. In fact, we should call it a victory for rank and file members.

Secondly, consider the composition of the Working Group. Why is there not one clearly identified left wing-socialist among them? And despite all the resources of the party, why are only 3 of its 10 members women?

Read the NDP Campaign Review Report Here


Now look at the framework of the Review. “What worked, what didn’t, and what we need to start doing.” These are the wrong questions to ask, or at the very least, they are an insufficient basis for a serious Review of the massive electoral debacle. It begs the question: “what worked” to what purpose? Instead of that feckless line of inquiry, we need to ask “What was the main message of the NDP campaign, who determined it (and thus ignored the main body of adopted party policy), and what does the party stand for today?” What exactly are the “social democratic values” to which Tom Mulcair often refers, but never specifies?

“Be proud of our history”? Of course we should be. Medicare owes its origins to the CCF, Tommy Douglas, and the struggles of unions and the working class as a whole. But as Shakespeare observed, “what’s past is prologue.” For decades the party has been moving to the right, and in the latest coup de grace, the Tom Mulcair leadership embraced neo-liberalism.

“Our campaign was out of sync with Canadians’ desire for a dramatic break from the Harper decade.” Indeed it was. But what would constitute “a dramatic break” that the NDP could and should have offered? Clearly an NDP “dramatic break” would have to involve greatly expanded social expenditures, a steeply progressive tax system, public ownership of vital industries as part of a good jobs strategy, especially in the energy and banking sectors in order to effect a rapid transition to safe, clean and renewable resources, a sharp cut in military expenditures, and a foreign policy based on solidarity, not support for Zionist apartheid and NATO, or any ambiguity about our opposition to CETA.

“The lack of a strong, simple narrative made it difficult to communicate our platform and positions, and as a result it became difficult for Canadians to distinguish us from the Liberals.” Wrong. The narrative of the Mulcair brain trust was simple enough. But it was toxic to women, youths, seniors, visible minorities and the working class as a whole. Balancing the federal budget (without steeply taxing big business and the super-rich) equals more grinding, debilitating, capitalist austerity.

“Reporting from the ground had no effect on the strategic decision-making happening in the central campaign.” Let’s call this what it really is – a major democratic deficit, bolstered by arrogance at the top, and it constitutes a good reason now for fundamental change.

“Our balanced budget pledge was in part responsible for presenting us as cautious change.” Only in-part responsible? Cautious? No. The balanced budget mantra was a major theme of the NDP campaign, not a subordinate clause. Worse than cautious, it portended a slightly modified continuation of the Tory agenda. The NDP campaign got off to a good start when we joined the efforts of tens of thousands of Canadians, in the streets, who demonstrated against Harper’s repressive Bill C-51. But there was no Mulcair team identification with the actions of Idle No More, nor with the Quebec students’ and general public uprising against Premier Philippe Couillard ‘s austerity agenda. And it was all downhill from there for the federal NDP.

The lateness of the full platform delivery was a minor problem — compared to the wrong-headedness of the dominant campaign theme. Why not admit that?

“The balanced-budget overshadowed our progressive economic platform which included higher taxes on corporations, crackdown on tax havens and a federal minimum wage.” No. The “balanced-budget” absolutely contradicted a progressive platform. And the corporate tax increase proposed by Mulcair was too little; an increase in income tax for the rich was absent; the mechanism for a crackdown on tax havens was unspecified; even a modest Tobin Tax on financial transactions was missing; and the minimum wage raise (only for federal jurisdiction employees) was to be phased in over several years, and is too little in any case.

“Ads failed to present our vision.” Yes. The focus on personality, rather than on policy, was pathetic. NDP ads were not mean like the Tory ads, but they were nearly as empty.

The “refusal to participate in some debates” was not just a break with general democratic priniciples. It was a betrayal of feminism and a disregard for the social protest movements that are a foundation for any progressive change.

E-mail communication with members was primarily to seek funds. Yes. But this kind of one-way messaging is symptomatic of a deeper problem. The so-called ‘professionalization’ of the party, its super-centralization over the past 15 years or more, has disconnected the NDP from its activist base; it has exacerbated its democratic deficit. Will we be a top-down, or a bottom-up party? Or a movement for radical social change, as the founders of the CCF envisioned?

The party “needed more diverse strategies to reach new voters.” Clearly it did. But at whom was the Mulcair strategy aimed? It primarily addressed Conservative and right wing Liberal voters who are preoccupied with individualistic tax dodges and perks, not the pursuit of social justice. Of course, we hope to win some of them, over time. But the NDP leadership took workers, youths, women, racialized communities and the poor for granted – and snatched defeat from the jaws of victory, to the delight of the ly’in Liberals.

Many members “expected the team of talented MPs and candidates to have
played more of a visible role during the election.” Yes. And when Linda McQuaig tried to do just that by saying “some of the oil is going to have to stay in the ground if Canada is to reduce its GHG emmissions”, she was abruptly silenced by higher ups.

The low-profile role in Campaign 2015 of other star New Democrats was not the product of an oversight; it was a function of top-down control and deliberate conservative messaging.

The Campaign Review Report makes a number of recommendations. Most of them are small, even minor organizational points. However valid some may be, they serve to obscure the big picture, and fail to empower the grass roots membership.

Here’s one: The EPC should start 2 years before the next election, and consult on the election plan. Well, the EPC could start today, but if it is not directed to adhere to party policy and priorities set by convention, if it just follows the ‘Father Knows Best’ approach, what difference will its ‘consultations’ make?

“The Executive should appoint a committee to review nominations and vetting with a view to increased transparency.” This is pernicious code for enabling the top brass to block or rescind locally nominated NDP candidates who dare to speak out on controversial issues (like Palestine). There should be no EPC interference with nomination seekers who are not in violation of fundamental party or labour principles. Increased transparency would be nice, but greater democracy would be better. Let local NDP members choose their candidate.

Needed are “strategic communications in a wider variety of languages.” Obvious, valid points like this should be swiftly implemented. But presented in a long, undifferentiated ‘to-do’ list they can serve to obscure the main political lessons of the election debacle.

“Supporting our EDAs to organize in between elections to ensure we continually engage local volunteers, build relationships with the community, and raise the funds needed for a robust local ground campaign in 2019.” Again, fund raising is always put in the top tier – as if we’re prone to forget. But what does “build relationships with the community” really mean?

It should mean the NDP joining in extra-parliamentary campaigns for civil liberties, for equal pay for women, for a crash programme of public housing and rapid transit development, to stop pipeline contruction, to uphold indigenous rights and make restitution for centuries of resources theft, and to halt investment in military production and Ottawa’s involvement in imperialist wars abroad.

The Review ends with a flourish. “New Democrats are proud and dedicated to the work they carry out in the movement. This dedication to providing loving and hopeful political leadership in Canada runs deep, and means good things for the future our of our party.”

Divorced from a vision of democracy and socialism, this is just fluff. But if embedded in policy and action to educate and organize the working class for real change, love and hope can be powerful weapons for human emancipation. Our task as New Democrats is to lead the Democratic Revolution — with a smile on our face and a song in our heart.

————————————–

Rapport du bilan de la campagne NPD – Un passage à la chaux entouré de beaucoup de vent

Critique de Barry Weisleder, candidat du caucus socialiste à la présidence du NPD)

Tout d’abord , pensons au moment . Moins d’une semaine avant la conférence, le rapport du groupe de travail est publié . Auparavant , la présidente du groupe d’examen et du NPD Rebecca Blaikie avait dit qu’il serait livré à l’exécutif entrant et au conseil fédéral après la conférence , pas avant. Donc, qu’est-ce qui a changé ? Sans aucun doute, la pression exercée par les néo-démocrates à travers le pays , y compris par le Caucus socialiste qui a protesté contre le secret dès le premier jour , a porté fruits. En fait , nous devrions clamer victoire pour les membres du rang.

Deuxièmement, regardons la composition du Groupe de travail . Pourquoi n’y a-t-il pas un seul membre socialiste de gauche clairement identifié parmi eux? Et malgré toutes les ressources du parti, pourquoi n’y a-t-il que 3 femmes sur les 10 membres?

Maintenant, regardons le cadre bilan . «Ce qui a fonctionné , ce qui n’a pas fonctionné et ce que nous avons besoin de faire.» Ce sont les mauvaises questions à poser, ou à tout le moins , une base insuffisante pour un examen sérieux de la massive débâcle électorale . Cela pousse à se poser la question: « qu’est-ce qui a fonctionné» dans quel but? Au lieu de cette piste d’enquête inefficace, nous devons nous demander «Quel était le message principal de la campagne du NPD , qui l’a déterminé (et donc ignoré l’essentiel de la politique du parti adoptée) , et et pour quoi le Parti se bat-il aujourd’hui ?» Quelles sont exactement les «valeurs démocratiques sociales» auxquelles Tom Mulcair fait souvent référence, mais ne précise jamais?

«Être fiers de notre histoire»? Bien sûr que nous devrions l’être. Medicare doit ses origines au CCF, Tommy Douglas et à la lutte des syndicats et des travailleurs réunis. Mais comme l’a observé Shakespeare, «Ce qui est passé est un prologue». Pendant des décennies le parti a dérivé vers la droite, et, dernier coup de grâce, a embarqué dans le néolibéralisme sous la direction de Tom Mulcair.

«Notre campagne ne collait pas au désir de rupture dramatique des canadiens d’avec la décennie Harper.» C’est sûr que non. Mais en quoi devrait consister «la rupture dramatique» que le NPD aurait pu et aurait dû proposer? Il est clair qu’une «rupture dramatique» venant du NPD devrait entraîner des dépenses sociales considérablement plus importantes, un système fiscal très progressif, la propriété publique d’ industries vitales dans le cadre d’une bonne stratégie d’emplois, surtout dans les secteurs énergétique et bancaire afin d’effectuer une transition rapide vers des ressources renouvelables sécuritaires et propres, une réduction radicale des dépenses militaires et une politique étrangère basée sur la solidarité, aucun support à l’apartheid sioniste et à l’OTAN ni aucune ambiguïté dans notre opposition à AECG (Accord Économique et Commercial Global).

«L’absence d’un discours fort et simple , a rendu difficile notre faculté de communiquer notre plate-forme et nos positions et en conséquence , il est devenu difficile pour les Canadiens de nous distinguer des libéraux.» Faux . Le discours du groupe d’experts de Mulcair était suffisamment simple. Mais il était toxique pour les femmes, les jeunes , les personnes âgées , les minorités visibles et la classe ouvrière dans son ensemble. Équilibrer le budget fédéral ( sans taxer lourdement les grandes entreprises et les super-riches ) est synonyme d’austérité accablante et anémiante.

«Le rapport de la situation sur le terrain n‘ a eu aucun impact sur la prise de décisions stratégiques de la campagne centrale». Appelons cela par son vrai nom – Une carence démocratique majeure, aggravée par l’arrogance du sommet et qui constitue, maintenant, une bonne raison pour un changement fondamental .

«Notre engagement pour l’ équilibre budgétaire est en partie responsable de notre image de changement prudent.» Seulement en partie responsable? Prudent? Non, le mantra de l’équilibre budgétaire était un thème majeur de la campagne du NPD, pas une clause subordonnée. Pire que prudent, il incarnait une continuation légèrement modifiée du programme conservateur. La campagne du NPD a bien commencé lorsque nous avons rejoint les efforts de dizaines de milliers de Canadiens, dans les rues, qui manifestaient contre le répressif projet de loi C-51 de Harper. Mais il n’y avait pas d’équipe Mulcair s’identifiant à Idle no more, à la lutte des étudiants du Québec ou au soulèvement public contre le programme d’austérité du premier ministre Philippe Couillard. C’est là que commença la chute libre du le NPD fédéral.

Le retard de la livraison de la plate-forme complète était un problème mineur – comparé à l’entêtement du thème dominant de la campagne. Pourquoi ne pas l’admettre?

«L’équilibre budgétaire a éclipsé notre plate-forme économique progressive qui comprenait des taxes plus élevées pour les sociétés, la répression des paradis fiscaux et un salaire minimum fédéral.» Non, le «budget équilibré» contredisait totalement une plate-forme progressive. De plus, la hausse d’impôt pour les sociétés proposée par Mulcair n’était pas assez; on ne parlait pas de hausse d’impôt sur le revenu pour les riches; le mécanisme de répression des paradis fiscaux n’était pas spécifié; même la modeste taxe Tobin sur les transactions financières avait disparu; l’augmentation du salaire minimum (uniquement pour les employés fédéraux) devait être échelonnée sur plusieurs années et de toute façon bien insuffisante.

“Les annonces publicitaires n’ont pas réussi à présenter notre vision.” Oui. Avoir mis l’accent sur la personnalité, plutôt que sur la politique, c’était pathétique. Les publicités du NPD n’étaient pas aussi méchantes que les publicités des conservateurs, mais elles étaient presque aussi vides.

Le «refus de participer à des débats” ne constituait pas seulement une rupture avec les principes démocratiques généraux. C’était une trahison du féminisme et un mépris affiché pour les mouvements de protestation sociale qui sont à la base même de tout changement progressif.

Les communications par courriel servaient principalement à lever des fonds. Oui. Mais ce genre de communication à sens unique est symptomatique d’un problème plus profond. La soi-disant «professionnalisation» du parti, sa super-centralisation au cours d’au moins les 15 dernières années a coupé les liens du NPD avec sa base militante; il a exacerbé sa carence démocratique. Serons-nous un parti de haut en bas ou de bas en haut? Ou bien serons-nous un mouvement pour un changement social radical, tel que les fondateurs du CCF l’envisageaient?

Le parti “avait besoin de plus de stratégies diversifiées pour atteindre de nouveaux électeurs.” Bien sûr que oui.. Mais à qui la stratégie Mulcair s’adressait-elle? Principalement aux Conservateurs et aux Libéraux de droite plus préoccupés par les astuces et les avantages fiscaux individuels que par la recherche de justice sociale. Bien sûr, nous espérons gagner certains d’entre eux à notre cause, au fil du temps. Mais la direction du NPD a pris pour acquis les travailleurs, les jeunes, les femmes, les communautés raciales et les pauvres – et a essuyé un échec alors que la victoire était à portée de la main, à la grande joie des libéraux perfides.

De nombreux membres “s’attendaient à ce que l’équipe des talentueux députés et candidats jouât un rôle plus visible pendant les élections.» Oui. Et quand Linda McQuaig s’est fait remarquer en disant qu ’«il y a du pétrole qui devra rester dans le sol si le Canada veut réduire ses émissions de GES», elle a été brutalement réduite au silence par les hautes sphères.

Le rôle de bas profil dans la campagne 2015 d’autres vedettes néo-démocrates ne fut pas le produit d’une omission mais bien le résultat du contrôle de haut en bas et un passage de message conservateur délibéré.

Le rapport du bilan de la campagne fait un certain nombre de recommandations. La plupart d’entre elles sont de petits, voire mineurs points d’organisation. Aussi valides certaines soient-elles, elles servent la grande toile de fond obscure et écartent du pouvoir les membres de la base.

En voici une: Le CPE (Comité de Planification Électorale) devrait commencer 2 ans avant la prochaine élection et consulter sur le plan électoral. Eh bien, le CPE pourrait commencer aujourd’hui, mais si il n’est pas instruit à suivre les politiques du parti et les priorités fixées par la conférence, si il adopte l’approche du «on en sait plus que vous», à quoi servent les consultations?

“L’exécutif devrait nommer un comité chargé d’examiner les candidatures et les validations en vue d’une plus grande transparence.” Ceci est un code pernicieux pour permettre aux hautes sphères de bloquer ou d’annuler les candidats néo-démocrates nommés localement qui osent se prononcer sur des sujets controversés (comme la Palestine). Il ne devrait y avoir aucune interférence du CPE avec les candidats à la nomination qui ne sont pas en violation des principes fondamentaux du parti ou du mouvement ouvrier. Une plus grande transparence ce serait bien, mais une plus grande démocratie, ce serait mieux. Que les membres locaux du NPD choisissent leur candidat.

Des «communications stratégiques dans une plus grande variété de langues.» sont nécessaires. Cela va de soi. Des points valides comme celui-ci devraient être mis en œuvre rapidement. Mais énumérés dans une longue liste de choses à faire, ils peuvent servir à obscurcir les principales leçons politiques de la débâcle électorale.

«Soutenir nos ACÉs à s’organiser entre les élections pour s’assurer de l’engagement continuel des bénévoles locaux, bâtir des liens avec la communauté, et lever les fonds nécessaires à une campagne robuste sur le terrain local en 2019.» Encore une fois, la collecte de fonds est toujours mise en tête de peloton- comme si nous étions enclins à oublier. Mais que signifie

Recent Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text.

Start typing and press Enter to search